Berlin aux commandes

Andrés de Fonollosa Gonzalves, dont le nom-code est Berlin, est le chef du groupe pendant la mission de braquage de La Casa De Papel. Il a vingt-sept braquage à son compte: bijouteries, fourgons blindés, maisons de ventes aux enchères. Son plus gros coup fut aux Champs-Élysées, ou il a volé quatre cent trente-quatre diamants.

 

Description

 

Berlin a été recruté par Le Professeur pour être le leader sur place du “plus grand braquage de tous les temps”. Il a appris aux côtés de ses camarades tous les détails sur le braquage, et a été entraîné tout comme eux à effectuer les opérations nécessaires. Pendant le braquage, son rôle a été de prendre les décisions qui ne sont pas assez importantes pour devoir consulter Le Professeur, ou lorsque ce dernier était injoignable au téléphone.

Avant de se faire recruter par son frère, Berlin est spécialisé dans le vol de bijouteries. Du côté administratif, on ne sait quasiment rien sur lui. Il n’a pas de dossier officiel et son passeport est un faux.

 

Biographie

 

Enfance

 

On sait seulement que sa mère avait une relation avec un autre homme, ce qui a donné naissance à son demi-frère, Le Professeur.

 

Années 2010

 

Dans les années 2010, Berlin se fait incarcérer dans la prison de Soto del Real il partage une avec un codétenu. Plus tard, celui-là décrira Berlin comme très discret. Berlin est annoncé atteint d’une maladie neurodégénérative rare qu’il a hérité de sa mère. Il est en phase terminale et doit s’injecter du Retroxil toutes les heures. Il parvient à faire entrer clandestinement ce médicament en prison.

 

Année 2016

 

En 2016, alors qu’il a un dossier judiciaire surchargé, Berlin se fait recruter par Le Professeur pour l’aider à effectuer le braquage de La Casa De Papel. Il rencontre les sept coéquipiers avec qui il partage son expérience de préparation et d’entraînement pendant cinq mois à la maison de Tolède. Son rôle est d’être le chef des opérations et donc de suivre et d’appliquer les ordres du Professeur.

À la fin de la saison 1, il est le seul des huit braqueurs qui reste à l’intérieur de la Fabrique de la Monnaie, se sacrifiant stoïquement pour ralentir la police, en pensant qu’il s’est mal conduit toute sa vie. Il se fait abattre finalement par un groupe de policiers commandés par Suárez.

 

Personnalité

 

Dans la première saison de La Casa De Papel, Berlin apparaît comme un homme dans la quarantaine, arrogant, narcissique et odieux. Il est aussi calme, patient, et éloquent, et s’amuse à manipuler les autres en jouant sur leurs émotions, comme il l’a montré lorsqu’il jouait sur la peur des femmes otages en les enferment dans une pièce à part.

Il a un humour cynique, se moquant souvent des otages et de ses compagnons de braquage, malgré qu’en réalité il semble respecter ces derniers et sera prêt à donner sa vie pour les sauver. A cause de sa maladie, il est de temps en temps dépressif, voir probablement suicidaire, vu la facilité avec la quelle il a décidé de se sacrifier à la fin de la saison 2.

Le psychiatre de la prison où il avait été incarcéré le décrit comme un « narcissique égocentrique qui a la folie des grandeurs. Il fait preuve d'une absence totale d'empathie. Un excentrique à tendances mégalomanes ce qui l'empêchent de faire la différence entre le mal et le bien. Il a un grand sens de l'honneur, et une nécessité pathologique de faire bonne impression, en particulier devant des inconnus. ».

 

Relations

 

Berlin a été marié cinq fois, mais, à cause de son caractère, aucun de ses mariages n’a fonctionné. Il dit qu’il a cru à chaque fois à l’amour, mais qu’il a arrêté d’y croire, car, selon lui, une femme n’aime que son enfant, et un homme n’est qu’un moyen pour elle d’enfanter, et qu’une fois l’enfant né, il devient le centre d’affection de la mère et le couple n’a plus aucune valeur pour elle.

Pendant le braquage, Berlin rencontre Ariadna Cascales, une des employés de la Fabrique devenue otage. Une relation se développe entre eux, mais Adriana, contrairement à ce que Berlin semblait croire, était dégoûtée par lui, et ne s’était mise avec lui que par peur de mourir, et continuait à l’être pour récupérer son argent comme représailles.

 

Galerie